Les Bons Mots

11 septembre 2018

Grand-père

Joli et émouvant d’entendre ce mot dans la bouche d’un enfant ; écoutez la douceur de sa voix ! Elle exprime respect, amour et confiance en un homme, […]
4 juin 2018

FRUIT OU LÉGUME ?

Fruit ou légume ? Le néophyte ou le cuisinier les distingue par leur saveur ; riches en glucides, les fruits sont en principe plus sucrés que les légumes. […]
5 janvier 2018

BONNE ANNÉE !

Au gré de notre calendrier grégorien, cette antienne est formulée sur un air pascalien pour, en miroir de nos craintes, exprimer une confiance prophétique en l’avenir. […]
21 septembre 2017
estimiance

L’estimiance ou la confestime

À une époque de narcissisme de masse et qui vénère l’arrivisme, l’imposture s’enivre d’apesanteur morale. L’individu « bien dans sa peau », sûr de lui et […]
10 mai 2017
Muguet

Le Lys des Vallées

Originaire du Japon, cette plante à clochettes symbolise le printemps, la joie et la chance ; les Celtes y voyaient un porte-bonheur à offrir aux personnes aimées, […]
23 janvier 2017
Voeux 2017

Vœux : présent pour le futur

Janvier est le mois des vœux. Ce rite illustre temporairement une forme de fraternité humaine et sociétale ; leur expression fait office d’assurance contre les aléas de […]
1 septembre 2016

Échelle, chandelle et ficelle

Stricto sensu, les économies d’échelle décrivent la baisse du coût moyen unitaire de production corrélée à l’augmentation du volume de production ; en effet à raison de […]
2 mai 2016

Mèche

Être de, ou la vendre n’est pas l’apanage des capilliculteurs. À l’origine, elle désigne le cordon d’une lampe à huile imbibée de combustible ou encore celle […]
6 janvier 2016

Faut-il se réjouir d’être le meilleur ?

Rien n’est moins sûr… Cet adjectif de supériorité est en effet ambigu. L’aristocratie apparente du mot peut n’être qu’autosuffisance ou illusoire hiérarchie.
3 septembre 2015

Le mot de la fin

« Stimulus » Le stimulus provoque attitude, mouvement, voire réflexe comme celui myotatique du genou. Il est action en quête de réaction, à l’instar de l’expérience […]
15 mai 2015

Le mot de la fin

« Lapsus » n. m. invar. Oral (linguae) ou écrit (calami), il est un intrus souvent amusant, qui s’invite dans la pensée de façon intempestive et subreptice. Parfois il est memoriae, à l’instar du mot à l’affût, « sur le bout de la langue », prêt à bondir et qui prend un irritant plaisir à nous narguer par sa proximité cachée.
31 décembre 2014

« À la bonne heure ! »

Expr. Son sens littéral à l’époque médiévale a évolué au XVIe siècle pour prendre celui du « kairos » grec, de l’instant propice, par opposition à la « male heure » signifiant le mauvais moment.
26 septembre 2014

Atomes crochus

« Atomes crochus » expr. Au ve siècle avant notre ère, les philosophes matérialistes grecs de l’Antiquité ont imaginé l’existence d’atomes. Cette intuition géniale serait notamment celle de Leucippe qui concevait l’univers comme un ensemble d’atomes se mouvant dans le vide.
14 mai 2014

La Bougette ou la vie ?

« La Bougette ou la vie ? » expr. Au Moyen Âge, la bougette était une bourse, un petit sac féminin utilisé en voyage comme porte-monnaie. Le terme fut anglicisé en « budget » au cours du long règne de Henri III d’Angleterre (1216-1272), fils de Jean sans Terre et neveu de Richard Cœur de Lion. Au fil du temps, l’usage du mot s’éroda puis s’éteignit.
7 janvier 2014

« Sabrer et/ou sabler le champagne »

Expr. En cette période de fêtes, la précision sémantique ne nuit pas à la pétillance de cette boisson festive ; ainsi, la proximité homonymique des deux […]
24 septembre 2013

« Besant d’or »

expr. Lorsqu’en 313, Constantin prend le pouvoir, il veut restaurer confiance dans le solidus, la monnaie émise depuis 310. Il la déprécie une dernière fois mais […]
27 mai 2013

Pire ou pis, meilleur ou mieux ?

Pire et pis sont des comparatifs de supériorité de deux mots de nature grammaticale différente. Ils ne peuvent donc être employés l’un pour l’autre. Le premier […]
27 mai 2013

La virgule

Discrète et dénuée de toute arrogance, elle n’a pas pour ambition de changer l’intonation du lecteur. Elle sait se mettre au service des mots, lorsqu’ils revendiquent […]
27 mai 2013

La langue de chez nous par Jacques Varoclier

Notre langue est née en 842 d’une promesse de fidélité fraternelle, exprimée simultanément en langues germanique et romane par deux frères, Charles le Chauve et Louis […]
4 janvier 2013

Au temps pour moi !

Toute personne investie d’autorité peut être encline à utiliser cette locution lorsqu’elle commet une erreur à rayonnement collectif; la tonalité généralement attachée à sa formulation exprime une impression de bévue, spontanément reconnue pour en endiguer immédiatement les effets, avec humilité et sens de l’autodérision. Si l’expression est usuelle, en revanche sa graphie suscite débat. Les lexicographes lui donnent une origine militaire pour en justifier l’orthographe. En effet le « temps » dont s’agit serait celui du maniement d’armes supposant une succession de gestes et mouvements espacés. La sonorité exprime bien la nature directive et minimaliste du langage visant à l’efficacité comme l’armée les aime (Garde-à-vous ! Repos !...) à l’instar de la formule « Au temps pour les crosses » laquelle enjoint aux soldats de reprendre, lorsque le bruit des crosses n’est pas synchrone.